• Instagram
  • YouTube
  • FaceBook
cledus-et-eluminel_public-library_v4.png
1/1

Interview : JACQUES TOUBON

Propos recueillis par Lee O'Neal

« Ce n'est pas le jeu vidéo en lui-même qui est un art. Mais les créateurs de jeu vidéo sont souvent des artistes... »

JACQUES TOUBON

MINISTRE DE LA CULTURE ET DE LA FRANCOPHONIE

Belle initiative que d'interviewer Jacques Toubon, ministre de la Culture et de la francophonie, à propos de jeux vidéo ! C'est vrai, je vous l'avoue, à la rédaction on s'est dit, il va bien nous pondre un anglicisme vu la quantité de franglais qu'on utilise. Et bien non et en plus on peut dire que monsieur le Ministre a une vision très cohérente de notre monde ludique !

CD Consoles : Monsieur le Ministre que pensez-vous des jeux vidéo ?

J.Toubon : Les jeux vidéo, c'est d'abord un jeu, et je crois qu'il ne faut pas dramatiser son importance, ni dans-un sens en le diabolisant, ni dans l'autre en disant que c'est la panacée.

CD Consoles : Appréciez-vous son côté ludique ?

J.Toubon : Par définition oui, j'apprécie son côté ludique. Du plus simple au plus sophistiqué on retrouve dans les jeux vidéo tous les ressorts du jeu individuel ou du jeu de société. C'est de là que vient indéniablement son succès.

CD Consoles : Son côté éducatif ?

J.Toubon : À première vue certains jeux seulement sont éducatifs, les jeux de stratégie, les jeux d'aventures, les jeux dont l'action se situe dans un environnement historique ou culturel. Mais on peut dire aussi, que même si certains jeux ont un aspect simpliste, tous font appel à des facultés relativement peu sollicitées dans les apprentissages traditionnels : je veux parler de l'intuition et de l'anticipation. Nous savons très bien que seuls les adultes regardent les modes d'emploi des jeux vidéo. Les enfants n'en ont pas besoin. D'emblée ils découvrent les règles du jeu, ils expriment, ils osent, ils devinent. Nous avons plus tendance à entraîner les enfants à la logique et à la linéarité, ce qui bien entendu est une bonne chose, qu'au raisonnement intuitif qui est cependant nécessaire.

CD Consoles : Pour vous le jeu vidéo est-il un vecteur culturel ?

J.Toubon : Je crois qu'il peut devenir un vecteur culturel. Je crois même qu'il le doit. Cela ne sert à rien d'opposer les moyens classiques de diffusion de la culture et le jeu vidéo, en prédisant la mort des uns et l'hégémonie de l'autre. Je crois profondément que les moyens de diffusion de la culture se renforcent les uns les autre plutôt que de s'annuler et qu'il y a donc à la fois des possibilités de développement pour le jeu vidéo à dominante culturelle, et des possibilités de diffusion supplémentaire de la culture, en particulier auprès des jeunes, par le jeu vidéo.

CD Consoles : Peut-on l'assimiler à un art ?

J.Toubon : Ce n'est pas le jeu vidéo en lui-même qui est un art. Mais les créateurs de jeu vidéo sont souvent des artistes et ils le seront de plus en plus. L'exigence de qualité et la concurrence des produits vont faire que les auteurs, les scénaristes, les graphistes auront de plus en plus d'importance, et que l'écriture multimédia deviendra un mode d'expression où certains excelleront, mais elle ne sera pas réservée au jeu vidéo.

CD Consoles : Quels sont ses atouts ? Ses travers ?

J.Toubon : Ses atouts sont indé-niablement la créativité et l'interactivité. Les meilleurs jeux vidéo sont bourrés de trouvailles, de propositions qui paraissent évidentes alors qu'elles représentent des prouesses de techniques et d'imagination. Ces qualités sont aussi celles des équipes de créateurs très performantes, souvent de petites équipes, très sollicitées par les grandes sociétés multinationales. Les travers du jeu vidéo c'est le caractère réducteur ou répétitif de certains jeux d'arcade où l'excitation principale consiste à tirer sur tout ce qui bouge.

« Je crois que le jeu vidéo peut devenir un vecteur culturel. Je crois même qu’il le doit ! »

CD Consoles : Pensez-vous que le jeu vidéo est une bonne chose pour la jeunesse française ?

J.Toubon : Encore une fois je crois qu'il ne faut pas le diaboliser ni le prendre pour ce qu'il n'est pas. Ce qui compte c'est le contenu du jeu. Il n'est pas en soi bon ou mauvais. Je crois qu'il peut devenir un excellent outil et j'ai dit souvent qu'il fallait que nos concepteurs sachent récupérer la génération « Sega-Nintendo » qui sait parfaitement utiliser ces jeux, qui sait reconnaître les bons, et qui pourrait en retirer beaucoup plus si on lui présentait des produits toujours aussi ludiques mais avec un contenu plus fort.

CD Consoles : Vous arrive-t-il de jouer ? Et vos enfants ? Sur quel jeux et quelle machine ?

J.Toubon : Bien sûr il m'est arrivé de jouer. Mes petits-enfants jouent fréquemment. Mon petit-fils a été attiré le premier par les consoles, mais ma petite-fille est maintenant gagnée par l'ordinateur où elle peut avoir aussi bien des jeux que des encyclopédies ou des traitement de textes. Je crois que l'avenir est plutôt là, dans le multimédia et les outils polyvalents.

CD Consoles : Le jeu vidéo est-il à votre avis un phénomène de société ou une mode passagère ?

J.Toubon : Je crois que ce n'est ni l'un ni l'autre. Nous vivons une évolution technique qui est comparable à celle de l'imprimerie. On peut maintenant mettre sur un même support du texte, des images et du son et les transmettre de manière quasi instantanée. Le jeu vidéo n'est que le précurseur de la révolution qui nous attend.

CD Consoles : Les CD Rom peuvent-ils trouver une place dans le système éducatif français?

J.Toubon : Je suis tout à fait persuadé que les CD Rom ont leur place dans le système éducatif. Leur usage va se développer dans les établissements, mais aussi dans les familles, où la demande va être forte pour les jeux, et pour des produits de culture générale présentés sous forme ludique, des jeux enrichis en quelque sorte.

CD Consoles : Le monde des CD Rom et les jeux vidéo doivent-ils prendre une place importante dans la société française ?

J.Toubon : Je vous l'ai dit tout à l'heure, les CD Rom et les jeux vidéo font partie de la révolution que nous sommes en train de vivre, et qui va toucher tous les aspects de notre société. Les jeux vidéo sont des précurseurs, et les jeunes auxquels vous vous adressez ou, pour reprendre votre appellation de « Screenagers » qui n'est peut-être pas claire pour tout le monde, « les enfants de l'écran » sont des pionniers.

INTERVIEW PAR LEE O'NEAL

L1 + R1 + SELECT, ■, ●, ▲, ●, ■

“Cette interview est la propriété, du magazine et de son auteur.”

Copiste :  Cledus

Magazine : 

CD CONSOLES N°6 /

Avril 1995

Source du magazine : 

Collection personnelle

- Cliquez-ici pour télécharger la version originale -

 

Cette

balade musicale vous est offerte par PIXELIZER.

+Découvrir la

page de l'artiste

© 2020 cleduseluminelpubliclibrary.com - V.1.0