• Instagram
  • YouTube
  • FaceBook
cledus-et-eluminel_public-library_v4.png
1/1

JEAN-MARC DEMOLY (J'M DESTROY)

Joystick / Joypad / Super Power / MegaForce / Playmag / geeks-line.com

ROBOCOP 3

LIl n'y a pas seulement des fous furieux qui vous tirent dessus mais également des machines.Utilisez le tir multiple, c'est radical!

ne fois de plus, la ville de Detroit est le terrain d'activités illégales et meurtrières. Il faut dire que cela faisait longtemps que la cité nageait

SUPER NINTENDO (SNES)

U

dans une véritable ambiance enchantée qui faisait que personne ne craignait plus personne et, forcément, c'était un boxon infernal.

Et un beau jour, les caïds de la drogue et autres bandits de grands chemins décidèrent de fuir leur Etat où ils étaient trop "connus" pour venir s'implanter dans la belle capitale américaine où, semblait-il, des affaires juteuses étaient à Faire; et cela, évidemment, sur le dos des gens. Vous ne pensiez quand même pas que ces gangsters allaient se mettre à travailler honnêtement, non? Ah bon, quand même!

Les boules de l'enfer vont vous tomber dessus si vous ne faites pas gaffe!

→ + ■, ← + ●, SELECT

“Ce test est la propriété, du magazine et de son auteur.”

Copiste :  Cledus

Magazine : 

Joypad N°13 / Octobre 1992

Source du magazine : 

http://www.abandonware-magazines.org 

Crédit photo Jean-Marc Demoly : rocketbox.fr

- Cliquez-ici pour télécharger la version originale -

Les ennemis sont aussi en haut. Visez juste!

Eh oui, il est beaucoup trop tentant de vivre sans payer d'impôts et autres taxes, tout en se faisant un maximum de blé. C'est un peu leur credo. C'est ainsi qu'ils se font vite la main. Ils ont à présent des hommes implantés dans tous les milieux et toutes les catégories sociales pour ne pas éveiller les soupçons. Ils sont tellement bien protégés que les autorités ont dû envoyer un prototype de robot pour leur en mettre plein la tronche. Son nom? Robocop. Sa devise? Servir la loi,

Je ne connais plus personne en Harley Davidson. Moi, en tout cas, je sais que je vais t'éclater!

protéger les ennemis et foutre une putain de tôle à tous ces salauds qui polluent la ville et tuent nos enfants. Malgré ces bonnes paroles, rien ne sera très facile; pour tout vous dire, ce sera même très compliqué puisque Robocop III est loin d'être un jeu simple. Entre les gangsters qu'il faut anéantir en leur tirant dessus, les modules cybernétiques qui volent et qui crachent leurs gerbes de flammes sous vos pas, votre mission sera dure, difficile, haletante, même si, de temps à autre, vous découvrirez des armes spéciales comme des triples tirs ou des lance-flammes qui vous aideront grandement. Entrez dans la peau du justicier robotique, liquidez les malfrats et sauvez la ville. Elle a besoin de vous...

❤️

• Des graphismes du style Océan.

💔

• Des sons vraiment trop faibles pour une Super Nintendo.

• Une maniabilité assez dure.

• Une difficulté incroyable.

• Un intérêt de jeu assez faible.

• Des effacement de sprites trop nombreux.

Comme d'habitude, vous devrez griller tout ce qui bouge; mais cette fois-ci, avec le beam, les choses seront un peu plus simples. Un seul coup, un seul pour rejoindre le cimetière.

Rester sur place, cela ne sert pas à grand-chose. Il est largement préférable d'avancer tout en faisant gaffe à ce qui vous entoure.

Sur la passerelle mouvante, le lance-flammes est très certainement l'arme la plus adéquate pour éclater la tête à ces cancrelats. Les griller vif, un véritable régal!

Note globale et résumé:

J'M DESTROY

😐Robocop III est l'archétype même de la conversion d'arcade sur console. Pendant tout le jeu, vous devez tirer, sauter, éviter des boules qui vous menacent, emprunter des plates-formes, bref, vous devez bouger. Pourtant, la réalisation de ce titre d'Ocean est loin d'être extraordinaire ce qui gâche un peu les choses. Alors que le thème du jeu était plutôt sympathique et dynamique, la réalisation est telle que l'on a peu envie d'en connaître le dénouement. Relativement correct sur le plan des graphismes, c'est surtout au niveau de l'animation que Robocop III pêche. Bien souvent, même quand le nombre de sprites n'est pas très important, ils ont tendance à disparaître ce qui est profondément désagréable. Pas excellent non plus au niveau musical, Robocop III est un jeu juste moyen, surtout lorsque l'on connaît les capacités de la Super NES.

 

😐C'est bien simple, ce jeu est tellement dur que l'on est vite découragé. Et pourtant, je vous assure que j'y ai mis toute ma volonté et toute ma hargne pour essayer d'aller le plus loin possible, mais vraiment, c'est trop hardos! Chez Ocean, on se demande si, sur ce coup-là, des testeurs ont été mis, histoire de connaître le taux de jouabilité du jeu. Le bonhomme est dur à manier; par sa rigidité exagérée, on se fait obligatoirement toucher dans tous les cas. De même pour les sauts, c'est vraiment le hasard absolu. On réussit une fois sur dix. Et encore! En plus, les musiques et les sons restent en dessous de tout ce qui existe sur SFC. Je crois que c'est un petit jeu, sans plus, pour les acharnés du joypad qui ne reculent devant aucune difficulté majeure.

 

GRAPHISME : 15

ANIMATION : 14

MANIABILITÉ : 12

SON : 11

TOTAL : 70%

 

TRAZOM

EDITEUR : OCEAN

GENRE : PLATES-FORMES

DIFFICULTE : DIFFICILE

NIVEAU DE DIFFICULTE : 1

NOMBRE DE JOUEURS : 1

CONTINUES : 5

 

 

Cette

balade musicale vous est offerte par PIXELIZER.

+Découvrir la

page de l'artiste

© 2020 cleduseluminelpubliclibrary.com - V.1.0