• Instagram
  • YouTube
  • FaceBook
cledus-et-eluminel_public-library_v4.png
1/1

CHRISTOPHE DELPIERRE (CHRIS)

Amstrad Cent Pour Cent  / Player One / Joypad / PS Mag

SUPER STREET FIGHTER II

MEGADRIVE (MD)

Alors que Street Fighter II’ est sorti il y a moins du an sur Megadrive, voila que Super Street Fighter II arrive, frais et innocent. Les uns ragent, les autres n'en peuvent plus d'excitation…

À chaque  fois, ce jeu crée l’événement.

Avec Super Street Fighter Il, Capcom fait vraiment très (trop ?) fort. C'est le troisième de la série à voir le jour sur Super NES et le deuxième, en un laps de temps très court, développé pour la Megadrive. Pousserait pas mémère dais les orties, Capcom ? J'imagine déjà la tête des parents qui se voient réclamer chaque année le même jeu (du moins à leurs yeux). Je ne suis pas certain qu'ils saisissent toujours 

→ + ■, ← + ●, SELECT

“Ce test est la propriété, du magazine et de son auteur.”

Copiste :  Cledus

Magazine : 

Player One N°44 / Juillet-Août 1994

Source du magazine : 

http://www.abandonware-magazines.org 

Crédit photo Chris. Delpierre : polygonweb.online.fr

- Cliquez-ici pour télécharger la version originale -

 LES NOUVEAUX PERSOS

La grande nouveauté du Super Street Fighter II, c'est bien sûr la présence de quatre nouveaux persos.

Honneur aux dames, avec la jolie Cammy, Cette jeune fille de 19 ans mène une rude concurrence à Chun Li. Son joli minois n'a rien à envier à celui de la Chinoise. Au niveau du look, Cammy est un Guile au féminin. Grosses Rangers, tenue vert, kaki... Quelle virilité ! T. Hawk, lui, est un des derniers représentants de sa tribu (le coup de l'Indien seul au monde, fait toujours son effet). Ce Monstrueux personnage, dont la carrure  

1/1

parfaitement les motivations profondes de leur progéniture (« Ouin ! mais si, çui-là il est vachement mieux qu'l'autre qu'est pourri... »). J'ai toujours aimé les enfants des autres. 

DHALSIM DOUBLE HITS

Avec Dhalsim, il est assez difficile de procéder à des enchaînements. En voici un (yoga fire, frappe avec l'allonge des poings). Merci qui ?

PETITS NOUVEAUX

Nous pouvons ici voir Dee Jay, Fei Long et T. Hawk à l'œuvre (une autre séquence photo est entièrement dédiée à Cammy). Admirez la souplesse du Jamaïcain, la vivacité du Chinois et la grâce toute relative de l'indien.

Time challenge. Mesurez-vous avec les programmeurs en vous défaisant de votre adversaire en un temps record.

1/1

STREET FIGHTER

STORY

Street Fighter est sans doute le jeu d'arcade le plus connu et le plus diversement adapté à travers le monde. Le premier de la lignée vit le jour en 1987. A l'époque, il faisait figure de jeu sympa, mais il était loin d'être révolutionnaire. Parmi la douzaine de combattants, on retiendra surtout trois noms. Ceux de Ryu, Ken et Sagat. Trois ans plus tard apparalit Street Fighter II. Là, c'est l'explosion, le jeu qui révèle Capcom. Au niveau de la réalisation, ça n'a plus rien à voir avec le précédent, et ça se révèle si technique que seuls quelques élus peuvent se targuer de maîtriser le jeu parfaitement (ou peu s'en faut). Après ça, d'autres versions ont vu le jour : Street Fighter II' (prononcez « prime »), SF II Turbo Hyper Fighting, Super SFII... le dernier en date étant le Super SF II Turbo. Cette surenchère de versions est intéressante, dans le sens où cela permet de remettre à chaque fois Street Fighter au goût du jour, mais la méthode se révèle dangereuse. Même les joueurs les plus passionnés risquent fort de se lasser.

1/1

ANCIENS PERSOS, NOUVEAUX COUPS

Quelques nouveaux coups et mouvements. Dans l'ordre : la boule orangée de Ryu, plus impressionnante, le fire dragon punch de Ken, très performant, idéal pour achever un adversaire qui manque d'énergie. Zangief et sa nouvelle prise, redoutable. Nouveautés de Chun Li : sa boule d'énergie et ses mouvements de jambes. Balrog nous montre qu'il sait encore mieux se servir de ses poings et Vega que son allonge vaut presque celle de Dhalsim. Enfin Sagat, avec son tiger knee, et Bison, plus aérien que jamais.

→ fait frémir n'importe quel chambranle de porte, possède une technique aérienne surprenante. Fei Long, lui, c'est le Bruce Lee du jeu. La ressemblance physique est évidente autant que les similitudes au combat. On termine avec Dee Jay. Ce Jamaïcain au sourire constant a vraiment le rythme dans la peau. Sa technique de jambes est impressionnante pour anéantir ses adversaires ou... danser !

ET LES AUTRES ?

C'est bien beau de se retrouver avec quatre nouveaux personnages, mais 

→ les anciens bénéficient-ils de quelque chose, eux ? Bien sûr : à chaque nouvelle mouture, la palette de mouvements de chaque personnage est plus ou moins modifiée. Il faut bien justifier la nouvelle version. Et le pire, c'est que les modifications apportées se révèlent vraiment bien pensées. Ainsi, Ryu peut maintenant envoyer ses boules d'énergie orangées quand il le veut et son hurricane kick en l'air le fait tout de suite retomber. Ken, lui, possède un nouveau dragon punch qui enflamme l'adversaire. Très impressionnant. Blanka, l'homme fauve 

Belle planchette de Dee Jay qui se débarrasse du collant Guile en l'envoyant voler quelques mètres plus loin. Mais le GI va se relever.

L'avis de Chrys, stagiaire

Je tiens d'abord à préciser que la similitude de nos diminutifs, avec Chris, incombe entièrement à nos prénoms d'origine. On n'y peut rien. Mais parlons de Super SF II. Émoussé par l'érosion du temps qui a entraîné l'apparition de divers concurrents (tels Fatal Fury ou Art of Fighting), SF Il n'en demeure pas moins la référence en matière de baston. Mais pour le rester, Capcom, chaque année, le modifie en lui ajoutant de nouvelles possibilités. Super Street Fighter Il ne déroge pas à la règle avec ses nouveaux persos, ses nouveaux coups, ses nouvelles prises... de gueules ! En ce qui concerne la jouabilité, les enchaînements donnent lieu à des combats d'une telle intensité que ce jeu est une mine de possibilités inépuisables. Mais il faut les connaître (les enchaînements), sans quoi l'achat n'a plus d'intérêt. C'est alors à vous de vous entraîner de longs mois pour espérer un jour les exécuter à la perfection. Alors soyez patient et, comme moi, priez pour que sorte Super Street Fighter II Turbo.

→ qui se met constamment en boule, a gagné une nouvelle rolling attack très utile pour passer au-dessus des boules d'énergie. Quant à Chun Li, ce sont surtout ses boules qui ont été modifiées (hé, hé !).

Son nouveau Kikoken ressemble à une méduse transparente aux reflets bleutés. Guile et Honda, eux, sont les deux héros les moins modifiés. ll semblerait que le flash kick du premier soit un peu plus puissant et que le sumo press du second possède un peu plus d'amplitude, mais c'est tout. Pour Zangief, une nouvelle prise au corps à corps. Du côté de Dhalsim, 

First attack, double impact. Cammy vient de heurter violemment son double. Les mêmes dommages sont encaissés.

1/2

TROMBINOSCOPE, LE RETOUR

Les visages des héros de Super Street Fighter II ont été retravaillés avec un bonheur certain. Graphiquement, ils sont beaucoup plus réussis que dans l'ancienne version. De plus, aucun personnage ne sourit. Ils ont tous l'air rageur, haineux ou pour le moins déterminé. Moi, je trouve que c'est une bonne chose. Il s'agit d'un jeu de combat. Les protagonistes se doivent par conséquent de posséder un caractère fort, à la limite du belliqueux et de l'agressif. Les personnages qui se filent une avalanche de pains en arborant un sourire « Ultrabrite », c'est presque roturier. Note : comme votre sens aigu de l'observation vous l'a sans doute fait remarquer, l'image de Blanka n'est pas comme les autres. Nous avons tout bêtement oublié de la saisir. Pour nous faire pardonner, nous vous mettons à la place l'image de fin du Super SFII Turbo Arcade. Avouez que vous ne perdez pas au change.

→ pas grand-chose : son yoga fire enflamme maintenant l'adversaire sans le faire tomber. Ouf ! huit personnages passés en revue. On fait une pause et on s'intéresse aux quatre boss. (Cinq minutes passent.) OK, on y retourne. Balrog, le boxeur, possède un nouveau contre lui permettant de stopper un adversaire qui l'attaque par la voie des airs. Vega lui, est le personnage auquel on a apporté le plus de changements. Il est doté d'un nouveau pouvoir spécial et il a plus d'allonge... Redoutable. 

→ Enfin, Sagat a un tiger knee plus performant et Bison une nouvelle attaque qui lui permet de venir vous frapper lâchement dans le dos. Voilà, vous savez à peu près tout. Il y a encore quelques petites choses, mais bon, comme je n'ai droit qu'à quatre pages...

J'AI ENCORE CRAQUÉ !

Eh oui, rien à faire. Ce Super Street Fighter II a beau être le énième d'une série qui commence à être longue, 

Plus efficace que jamais, le coup de l'électricité de Blanka Là, il nous permet d'admirer la robustesse de T. Hawk.

Honda versus Vega. À votre avis, qui va remporter ce duel aérien ? La logique voudrait que ce soit Vega, mais... 

 je ne peux m'empêcher de chanter encore ses louanges.

D'un autre côté, il faut bien dire que le jeu bénéficie de tout un tas de nouveautés. On a vu les plus importantes avec les personnages, mais il y a aussi toutes les options de jeu (tournoi à huit — chacun son tour, of course —, challenge du meilleur score, du meilleur temps...) ou bien encore le fait de pouvoir choisir la couleur de son perso dans une palette de sept.

Encore mieux, des textes s'affichent maintenant à l'écran. Par exemple : First attack » lorsque vous êtes le premier à toucher, «4 hits combo » lorsque vous procédez à un enchaînement de quatre coups... Ça n'a l'air de rien, mais tous ces petits riens accumulés me font dire que cette cartouche vaut vraiment le coup d'être achetée.. Maintenant, c'est sûr qu'un soft de 40 mégas (oui, vous avez bien lu), 

→ ça risque de ne pas être franchement donné.

Double Chris,

Les frères siamois du jeu de combat.

Attention, le flash kick de Guile peut frapper en bout de course et toucher quand on ne s'y attend vraiment pas.

Une posture un peu spéciale que l'on pourrait appeler « dragon fuck ». Pas très distinguée mais appropriée.

Fei Long et Ken affectionnent toue deux l'élément feu. L'un s'en sert avec ses poings, l'autre avec ses pieds. Chacun son truc.

I LOVE CAMMY

Ces images devraient vous convaincre que Cammy est vraiment une fille craquante. Il est juste dommage qu'elle n'existe pas (quelle grâce, quelle superbe allure, quel port de tête divin !).

1/1

Note globale et résumé:

CHRIS

En résumé : Les Street Fighter se suivent et ne se ressem-blent suffisamment pas pour qu'on craque à chaque fois.

Quand on aime...

 

GRAPHISME : 93%

Belle qualité, mais le manque de couleurs, comme d'hab, se fait parfois sentir.

ANIMATION : 98%

Mouvements fluides et parfaitement décomposés. Rien à dire.

SON : 82%

Les circuits sonores de la MD ont tendance à grésiller un peu. Dommage.

JOUABILITÉ : 99%

Alors là, c'est parfait. A se demander comment ils ont fait...

 

 

Cette

balade musicale vous est offerte par PIXELIZER.

+Découvrir la

page de l'artiste

© 2020 cleduseluminelpubliclibrary.com - V.1.0